Episode 10/ Retour à la case départ
Bac Liu était un endroit très calme. Trop calme pour Papa qui s’ennuyait un peu. Il n’y avait pas grand-chose à faire à part planter du riz, pêcher des poissons et des crevettes. En plus, il ne connaissait personne, ni même son oncle et ses propres cousins qu’il venait de rencontrer pour la première fois.
 
Ne pouvant accueillir tous les membres de la famille, le frère de Grand-mère avait sollicité l’aide de ses voisins. Ces derniers eurent la bonté d’héberger une bonne partie de la fratrie qui fut ainsi dispersée dans plusieurs habitats et ce, dès leur première nuit à la campagne.
 
Même s’il ne se sentait pas chez lui et que son ancienne vie au Cambodge lui manquait, Papa était reconnaissant d’avoir à nouveau un toit et de quoi manger. La gentillesse et générosité de sa famille d’accueil avait grandement facilité l’adaptation de Papa à sa nouvelle vie.
 
La fratrie n’était pas complétement dépaysée. Le Vietnam ressemblait un peu au Cambodge. En revanche, Papa et ses frères et sœurs, dont la langue maternelle était le teochew (dialecte chinois), devaient faire un effort considérable pour s’approprier une nouvelle langue. Mais heureusement Grand-mère, qui avait vécu sa jeunesse à Bac Liu, était là pour soutenir ses enfants dans l’apprentissage du vietnamien.
 
Après avoir repris du poil de la bête au bout de quelques semaines, Tonton 5 (Gérard) décida d’aller à Ho Chi Minh, métropole du sud du Vietnam. Il fallait à tout prix retrouver la fille de Tonton 6. Personne ne savait si elle était encore en vie, et où est-ce qu’elle se trouvait. Il fallait également trouver un moyen de rentrer en contact avec les deux Tontons qui étaient à l’étranger au moment des faits.
 
Tonton Gérard écrira deux lettres pour expliquer la situation précaire. La première était destinée à Tonton 4 qui vivait et travaillait à Hong-Kong en tant que mécanicien. La deuxième était envoyée à un ami thaïlandais de Tonton 2 (Victor). Tonton Victor bossait à l’époque dans les grands cargos et livrait des marchandises dans le monde entier. Aux dernières nouvelles, il avait fait un stop en Thaïlande avant de poursuivre son trajet vers d’autres destinations.
 
Tonton Gérard qui devait rester que quelques jours à Ho Chi Minh, résida plus longtemps que prévu dans cet immeuble qui était vide. Plus personne n’y habitait. Et pour cause, un avion s’était crashé quelques temps plutôt sur le toit. Tonton Gérard saisit alors cette occasion pour s’y réfugier. Il fit ensuite venir toute la famille dans l’espoir de reconstruire leur vie dans cette grande ville, anciennement appelé Saïgon.
 
Tonton Gérard se rappelle qu’il n’y avait ni eau ni électricité dans ce fameux logement. Alors de temps à autre, il se faufilait discrètement dans les WC du cinéma d’à côté pour constituer une réserve d’eau, et la partager avec le reste de la fratrie. Il se fera prendre deux fois. Et ces deux fois, le gardien ne le ratera pas. Tonton Gérard sera roué de coups. Au visage et au ventre.
 
Mais je te rassure, ce regrettable incident ne se reproduira plus. Papa, ses frères et sœurs seront débusqués, chassés du bâtiment par les policiers. (Re) Direction Bac Liu après seulement deux semaines. C’était pour la grande famille, un retour à la case départ.
 
Rdv au prochain épisode.
 
Prends soin de toi !
Tags: asie, Cambodge; biographie, famille, histoire, Khmers rouges