Des fantômes regardent un film en plein air

Contexte

L’histoire naît au Nord-Est de la Thaïlande, pas loin d’un lieu sacré qui accueille des milliers de personnes chaque jour. Vers la fin de l’année 1988, une entreprise de films en plein air, reçoit une demande de diffusion pour le 29 janvier 1989. Ce soir-là, sept personnes sont missionnées pour assurer l’installation du matériel et le bon déroulement de la prestation. Deux membres veillent à la projection et les cinq autres, aux démontages lors de la fin de la séance.

Jour J

La soirée commence, les lumières s’éteignent, laissant le grand écran s’animer. Les premières minutes du film s’entament, les personnes arrivent petit à petit. À la grande surprise de l’équipe, un groupe d’hommes et de femmes s’installe séparément. D’un côté les femmes habillées en blanc et de l’autre les hommes en noir. Étrangement, les trois films n’obtiennent aucune réaction de ce public. L’ atmosphère est très calme. Ils ne se déplacent pas et se contentent de fixer l’écran.

À 4 heures du matin, quelqu’un vient toquer la camionnette pour prévenir d’arrêter la projection du dernier long métrage. La personne ajoute que l’équipe doit se dépêcher de ranger pour quitter les lieux. “Si l’aube arrive, cela va être difficile de partir” et lui tend des billets d’un montant de 3500 baths. L’équipe arrête la diffusion du film, allume les spots de lumière. Puis personne, seulement du vide. L’image de femmes d’un côté et d’hommes de l’autre a disparu. Ils ne les ont pas vus partir ni même se lever. On aurait dit qu’ils se sont volatilisés.

Jour J+1

Sur le chemin du retour, il commence à faire jour. L’équipe stationne devant une supérette. C’est alors que des passants demandent où est-ce qu’ils sont allés projeter. Un des membres de l’équipe répond qu’ils étaient à 3-4 Km d’ici. On leur réplique donc : “Comment est-ce possible ? Il n’y a pas d’habitant là-bas”.

Après cela, l’équipe retourne à l’entreprise pour donner l’argent reçu. Les cinq membres qui patientaient en dormant pendant la diffusion, demandent à leur chef la démission. “Des fantômes m’ont hanté dans mon rêve durant toute la nuit”

C’est ainsi que la légende urbaine de ผีจ้างหนัง phi chang nang, naît. Cette affaire fait la une des journaux et suscite de nombreux intérêts. Jusqu’à ce jour, personne n’a su trouver une explication à cette histoire.

D’après vous, que s’est-il passé ce soir-là ? Écrivez-nous vos meilleures hypothèses dans les commentaires.